Le Brésil :

La coupe du monde 1950

La coupe du monde 1950 est la seule qui ne comporte pas de finale, un mini championnat à quatre terminant en effet l'épreuve. Par chance, le dernier match oppose les deux équipes pouvant encore terminer à la première place et ce match décisif, le choc Brésil-Uruguay au stade Maracanã, a donc fait office de finale, à un détail près : en tête au classement, le Brésil pouvait se contenter d'un match nul pour devenir champion du monde. À la surprise générale, c'est l'Uruguay qui gagne le match et empoche sa seconde Coupe Rimet. Le président de la FIFA Jules Rimet remet à cette occasion pour l'avant- dernière fois le trophée à l'équipe vainqueur, mais cette remise de coupe fut assez discrète, car c'est l'abattement qui règne alors au Maracanã et dans tout le Brésil. Le gardien de but brésilien Moacyr Barbosa porta cette défaite toute sa vie durant comme une croix, accusé abusivement d'être responsable de la défaite.

Outre la finale qui n'en était pas vraiment une, la surprise de l'épreuve fut la victoire des États-Unis 1-4 sur l'Angleterre. Les Britanniques étaient de retour à la FIFA après 17 années de bouderie, et ils pensaient bien marquer les esprits à l'occasion de cette première Coupe de l'après-guerre. Les Anglais trouvent le poteau à plusieurs reprises, mais rien n'entre face à la modeste équipe des États-Unis. C'est pourtant bien le petit poucet qui met à bas l'ogre, tant et si bien que de nombreux Anglais crurent à une erreur de typographie quand les journaux publièrent le résultat... Non content de perdre face aux États-Unis, les Anglais s'inclinent également 1-5 contre l'Espagne et quittent la Coupe du monde. Le match Angleterre-États-Unis entraîna une polémique car trois joueurs alignés par les Américains (le Belge Joe Maca, l'Écossais Ed McIlvenny et le Haïtien Joe Gaetjens, unique buteur du match) n'étaient pas sélectionnables... L'article 21 du règlement de la FIFA indiquait en effet clairement qu'un joueur n'était sélectionnable qu'à la condition d'« être un sujet du pays qu'il représente ». Ce n'était pas le cas de ces trois joueurs. Pour les cas de naturalisation, courants à l'époque, un délai de trois ans de résidence dans le pays était obligatoire toujours selon le règlement de la FIFA. Là encore, ce n'était pas le cas de ces trois joueurs. De plus, le règlement de la fédération belge interdit à Maca de s'aligner dans une équipe étrangère, clubs inclus, pendant une période de deux ans, à la suite de sa rupture d'engagement avec son club de La Forestoise. L'hebdomadaire français France Football publia dès le 12 septembre 1950 des articles sur ce thème sous le titre « La FIFA annulera-t-elle la Coupe Jules-Rimet ? » (N°234, p. 8). La FIFA homologua finalement les résultats.

Cette Coupe du monde se disputa dans des enceintes géantes, au premier rang desquelles le stade Maracanã qui pouvait alors accueillir pas moins de 200 000 spectateurs. Bien que qualifiée pour la phase finale, l’Inde déclara forfait. Contrairement à la rumeur qui circula à l’époque selon laquelle cela venait de l’obligation de jouer avec des chaussures alors que les footballeurs indiens jouaient pieds nus, ou des coûts du déplacement jusqu’au Brésil, la raison provient du refus de la Fédération indienne de football, souhaitant se concentrer sur les Jeux olympiques et invoquant le manque de temps de préparation et des désaccords internes sur la sélection de l’équipe.

La coupe du monde 2014

La Coupe du monde de football de 2014 est la 20e édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les trente-deux meilleures sélections nationales de football. Sa phase finale a eu lieu à l'été 2014, du 12 juin 2014 au 13 juillet 2014, au Brésil. Avec le pays organisateur, toutes les équipes championnes du monde depuis 1930 (Uruguay, Italie, Allemagne, Angleterre, Argentine, France et Espagne) se sont qualifiées pour cette compétition. Elle est aussi la première compétition internationale à laquelle participe la Bosnie-Herzégovine. Le tirage au sort des huit groupes de quatre équipes du premier tour est effectué le 6 décembre 2013 à Costa do Sauípe.

Pour la première fois dans l'histoire de la compétition, d'une part la technologie sur la ligne de but est utilisée et, d'autre part, les arbitres disposent d'une bombe aérosol de mousse blanche pour marquer une limite temporaire sur la pelouse et ainsi fixer le mur des joueurs à 9,15 m lors d'un coup franc.

Le Brésil ouvre la compétition par une victoire 3-1 face à la Croatie le 12 juin 2014 à l'Arena Corinthians de São Paulo. S'en suit une victoire écrasante des Néerlandais face aux Espagnols tenants du titre (5-1), sortis dès la phase de poules, la défaite du Portugal (également éliminé au premier tour) face à l'Allemagne (0-4), et la victoire de la France sur les Suisses (5-2). Le premier tour est en outre marqué par les éliminations de l'Angleterre, puis de l'Italie, quadruple championne du monde. 136 buts sont marqués lors de cette première phase du tournoi, pour une moyenne de 2,83 buts par match ce qui constitue le record pour une Coupe du monde à 32 équipes.

Huit équipes des Amériques (du nord/centrale et du sud), six équipes européennes et deux équipes africaines sont présentes en huitièmes de finale au début de la phase à élimination directe. Depuis que la coupe du monde compte 32 sélections participantes, c'est la première fois que seules les huit équipes ayant terminé à la première place de leurs poules se qualifient pour les quarts de finale. Le Brésil, l'Allemagne, l'Argentine et les Pays-Bas, présents en demi-finales de la compétition après avoir éliminé la Colombie, la France, la Belgique et le Costa Rica, cumulent vingt-et-une finales de Coupe du monde et dix titres remportés. L'Allemagne est par ailleurs la première formation de l'histoire à atteindre quatre fois de suite le dernier carré du Mondial.

La demi-finale du Brésil face à l'Allemagne est marquée par le score historique de 7-1 en faveur de la Mannschaft. La finale a lieu le 13 juillet au stade Maracanã de Rio de Janeiro où l'Allemagne et l'Argentine s'affrontent une troisième fois pour le titre après 1986 et 1990 et où l'Allemagne s'impose 1-0 (comme en 1990) en prolongation sur un but de Mario Götze, remportant sa quatrième Coupe du monde. L'Allemagne devient le premier pays européen à remporter une coupe du monde sur le sol américain.

Le Colombien James Rodríguez est le meilleur buteur de ce Mondial avec six buts, l'Argentin Lionel Messi est désigné meilleur joueur, l'Allemand Manuel Neuer meilleur gardien de but et le Français Paul Pogba meilleur jeune.